Le "Reiki" ?


 « Rei » signifie « universel », « Ki » signifie « force/énergie vitale ».

On pourrait donc traduire le mot « Reiki » par :

« énergie universelle ».

 

Le soin Reiki est une pratique au cours de laquelle le praticien appose ses mains sur le corps du receveur et où il utilise également des symboles. Cette technique a été redécouverte par le Dr Mikao Usui en 1922.

 

Cette pratique holistique japonaise permet de faire (re)circuler l’énergie vitale.

Elle permet également au receveur de résoudre et de libérer les mémoires passées, les croyances, les blocages émotionnels, les attitudes et autres influences qui le freine dans sa réalisation et dans l'expression de son plein potentiel de guérison.

 

Le Reiki anime et nourrit le corps, les organes et les cellules de tout être vivant. 

De cette manière, il renforce les fonctions vitales.

Les chevaux apprécient particulièrement le Reiki car celui-ci est doux et non-invasif tout en étant puissant et efficace.

 

Dans quel but ?

La stimulation régulière du réseau énergétique est recommandée afin de favoriser :

  • l’accélération du processus de guérison
  • la cicatrisation de blessures, inflammations, morsures, coliques, allergies, problèmes musculaires, articulaires, dentaires, déshydratation, troubles respiratoires.
  • l’élimination naturelle des toxines.
  • le renforcement du système immunitaire.
  • la prévention et l’amélioration des maladies et infections chroniques.
  • une remise en forme après une intervention chirurgicale.
  • la récupération après une activité sportive intense.
  • la diminution des douleurs diverses liées à la vieillesse.
  • la souplesse, la flexibilité et la fluidité de mouvement.

Mais aussi pour permettre :

  • une relaxation profonde.
  • de retrouver une plus grande confiance et chasser la peur, les angoisses, le stress, la dépression, l’agressivité, les problèmes de sociabilité.
  • d’aider le cheval à traverser certaines épreuves tel que le poulinage, le sevrage, la castration, les changements de lieu de vie, le transport, la compétition, le vétérinaire.
  • d’être réconforté en fin de vie et de rendre la transition plus paisible. 

A quelle fréquence?

Pour régler un mal ou une maladie (chronique ou non) : 3 à 4 séances rapprochées au début et puis plus espacées.

  

Pour préserver l'équilibre général et offrir un moment de détente : 1 à 2 séance(s) / trimestre. 

 

Après une séance, il est conseillé de rester au calme et de se reposer.